Les maux de Tetê

Il est la principale victime de l’arrivée de Laurent Blanc sur le banc de l’OL. Meilleur joueur du club depuis son arrivée à l’OL fin mars 2022, Mateus Cardoso Lemos Martins dit « Tetê » (22 ans) n’a tout simplement plus sa place dans le XI lyonnais, le nouveau coach souhaitant installer un 3-4-1-2 pour ressusciter l’OL. A nouveau remplaçant (entré à un quart d’heure de la fin à la place de Maxence Caqueret) hier lors de la décevante défaite de l’OL sur la pelouse de l’Orange-Vélodrome (0-1), Tetê va devoir montrer à Blanc sa polyvalence et ses capacités d’adaptation pour intégrer un système nouveau pour lui. Sinon, on peut s’attendre à un départ dès le prochain mercato d’hiver. Une fin d’aventure qu’aucun supporter de l’OL ne souhaite.

Mars 2022 : la recrue qu’on n’attendait plus

S’il est difficile de trouver des avantages au conflit qui oppose l’Ukraine à la Russie depuis février dernier, les opportunités de mercato qu’il a offert aux clubs encore engagés en coupes d’Europe en est assurément un. Soucieuse de ne pas bloquer des joueurs étrangers non concernés par ce conflit, la FIFA décide de faire une exception en les autorisant à signer librement (en prêt) dans le club de leur choix jusqu’à la fin de la saison 2021-2022. Parmi les joueurs disponibles, le meilleur d’entre eux est sans aucun doute ce virevoltant ailier brésilien du Shakhtar : un certain Tetê.

« En janvier dernier, lorsqu’on cherchait un ailier, le nom de Tetê avait vite été rayé car pour nous, c’était une utopie, racontait Bruno Cheyrou, le directeur du recrutement à l’OL sur le site de 20 minutes l’été dernier. C’était un joueur qui était trop bon et trop cher pour nous. Six mois plus tard, ça devient possible. » Il faut dire que le potentiel du Brésilien est connu de toute l’Europe depuis octobre 2020 : pour son entrée en lice en C1, le Shakhtar se paie le luxe de faire chuter le Real Madrid (2-3) à domicile. Auteur de l’ouverture du score, Tetê fait vivre un enfer à Marcelo, de douze ans son aîné, via de multiples appels dans le dos de la défense madrilène.

Alors forcément, cette opportunité rarissime, l’OL n’est pas le seul à l’envisager. Mais Franck Henouda, agent français basé à Porto Alegre et principal artisan de la connexion entre le Brésil et le club de Donetsk, conseille à l’agent de Tetê de se diriger vers Lyon et son cadre si particulier pour les joueurs brésiliens. Un choix d’autant plus important qu’il intervient après des derniers mois très éprouvants : « Il sort d’un mois très stressant et sa vie, c’est le football. Il a tellement les crocs qu’on va le voir s’épanouir et même voler sur le terrain » promet Henouda sur le site du journal 20 minutes.

Certains ne le savent pas, mais le natif d’Alvorada (Brésil) dispose de liens très forts avec l’Ukraine. Footballistiques d’abord, puisque le Shakhtar Donestk a constitué sa première équipe professionnelle. S’il a bien effectué toutes ses classes dans le mythique Grêmio Foot-Ball Porto Alegrense, il a fait le choix de s’arrêter aux portes de l’équipe première en signant son premier contrat professionnel avec le club ukrainien en 2019. Autre lien plus personnel dont il dispose avec le pays présidé par Volodymyr Zelensky : Tetê est marié à une Ukrainienne. Lorsqu’il débarque à l’OL, on peut donc légitimement s’attendre à voir évoluer un Tetê éprouvé et à court de forme, lui qui ne s’est plus entraîné depuis trois mois. Mais dès son premier match, il va mettre tout le monde d’accord.

Le meilleur lyonnais des six derniers mois

« Tetê est un joueur spécial. Je le connaissais depuis longtemps et j’étais surpris de voir qu’un joueur comme Tetê était sollicité par l’OL. Normalement, ce genre de joueur est inatteignable pour Lyon. » notait Peter Bosz lors de la conférence de presse précédant cet OL-Angers (3-2). Entré pour la première fois à la place de Tanguy N’Dombele, le joyau brésilien n’a besoin que de deux minutes et deux touches de balle pour valider les compliments de son coach. Trouvé par Malo Gusto alors qu’il était excentré dans la surface, à droite, le Brésilien enchaîne un contrôle orienté puis une jolie frappe enroulée pour remettre l’OL définitivement devant.

Sur la fin de saison 2021-2022, celui qu’on surnomme « Furacão » (l’«Ouragan») sera l’une des rares satisfactions d’un OL qui finira 8ème et sans coupe d’Europe. Sur les 11 matchs qu’il dispute, il inscrit 2 buts et délivre 5 passes décisives. Au vue de sa vitesse et sa capacité à éliminer en un contre un, les supporters lyonnais espèrent sincèrement que cette nouvelle idylle ne se terminera pas au bout de trois mois seulement.

Dans la foulée de la présentation d’un Corentin Tolisso de retour à la maison, l’OL publie sur les réseaux sociaux un communiqué annonçant la prolongation du prêt du Brésilien jusqu’en juin 2023. Si elle constituait une priorité pour les dirigeants, la poursuite de l’aventure de l’« Ouragan » entre Rhône et Saône n’avait rien d’une évidence. Soucieux de ne pas être totalement lésé par les dérogations accordées par la FIFA, le Shakhtar Donestk se manifeste durant l’été afin de récupérer une somme d’argent correspondant à la valeur marchande de sa pépite. On parle alors d’une somme oscillant entre 25 et 28 millions d’euros. Afin de trouver une issue favorable aux Gones, Tetê annonce publiquement sa ferme intention de rester dans la capitale des Gaules une saison de plus : « Tout le monde m’a très bien reçu ici et toutes les promesses qui m’avaient été faites ont été tenues. Ça a joué un grand rôle dans ma décision de rester à Lyon. Tout le monde autour de moi travaille même pour que je puisse prolonger au-delà de cette nouvelle année. Je donne ma parole : je veux continuer l’aventure avec ce club. » Une excellente nouvelle qui pousse les spécialistes à commencer à considérer le mercato de l’OL comme vraiment réussi.

Bien conscient du potentiel de son joueur, Peter Bosz offre une place de titulaire indiscutable à Tetê sur l’aile droite. Auteur de 5 buts et 2 passes décisives, il est particulièrement décisif dans le bon début de saison (en trompe-l’œil) réalisé par l’OL (4 victoires sur les 5 premiers matchs). Ces statistiques sont d’autant plus encourageantes que les suiveurs lyonnais ont pu observer une complémentarité naissante avec le capitaine Alexandre Lacazette. Malheureusement pour le Brésilien, elle ne survivra pas à la terrible série noire à laquelle sont confrontés les Lyonnais de septembre à mi-octobre (6 matchs sans victoire). Peter Bosz, que Tetê aura eu le mérite de soutenir publiquement jusqu’au bout, est limogé et remplacé par Laurent Blanc.

La polyvalence ou le départ ?

« Tetê est vraiment victime du système. C’est un garçon qui marque des buts, qui est intéressant, mais dans un certain système de jeu et ce n’est pas celui que j’utilise actuellement. C’est dommage. Je peux l’utiliser comme j’ai utilisé certains entrants. A la trêve, on aura un petit de temps pour réfléchir sur sa situation, mais, je le redis, il est vraiment victime du système. C’est un très bon gars et on voit qu’il a des qualités d’attaquant pur à droite. » Lors de la conférence de presse précédant l’Olympico, Laurent Blanc en était presque désolé. Loin d’être aveugle concernant les qualités du « Furacão » , il ne voit pas pour l’instant comment il pourrait l’intégrer dans son 3-4-1-2. Cette tactique exclut de fait les ailiers de formation, les latéraux étant chargés de jouer leur rôle en phase offensive. En quatre matchs, le « Président » n’a sollicité Tetê que vingt petites minutes. Titulaire à gauche sous Bosz, Karl Toko-Ekambi fait par ailleurs l’objet d’un traitement similaire depuis l’installation d’une tactique plutôt payante (2 victoires en 3 matchs avec le 3-4-1-2).

La réflexion de Blanc concernant la nécessité d’étudier le « cas Tetê » à la trêve ne doit pas être prise à la légère. S’il ne parvient pas à se faire rapidement une place dans le XI du coach lyonnais, les supporters peuvent s’attendre à un départ de « Furacão » dès cet hiver. Son nom circule d’ores et déjà dans la presse britannique, et le tabloïd The Sun affirmait la semaine dernière que West Ham, Southampton, Brentford et Leicester suivent la situation du joueur de l’OL avec attention. Un transfert hivernal que le Shakhtar verrait également d’un bon œil, alors que le club s’attend à perdre Tetê gratuitement s’il venait à aller au bout de son prêt à Lyon (ndlr : à partir de juin 2023, il sera libre de signer dans le club de son choix).

De leur côté, les supporters lyonnais souhaitent sincèrement voir le deuxième Tete de l’histoire de l’OL (après le Hollandais Kenny, 2017-2020) s’inscrire sur la durée en rouge et bleu. Ils auront d’ailleurs été certainement très surpris de ne pas le voir titulaire hier sur la pelouse de l’Orange-Vélodrome, alors que Blanc avait exceptionnellement opté pour un 4-4-2 avec des ailiers qui n’en sont pas (Caqueret et Aouar). Mais même dans le 3-4-1-2 préférentiel de l’ancien sélectionneur des Bleus, Tetê a toutes les qualités pour s’adapter et s’imposer comme un joueur incontournable aux yeux de son coach. Il est par exemple tout à fait envisageable de le voir occuper la pointe offensive du trident que Blanc souhaite installer au centre de son milieu. Par ses facultés de percussion et d’élimination, il serait forcément à l’origine de nombreuses occasions à mettre au profit de Lacazette ou Dembélé. Par ailleurs, Tetê dispose également des qualités pour jouer le rôle d’attaquant en retrait, en soutien de l’un des deux buteurs précédemment nommés.

Tetê doit donc prouver à Blanc ses capacités à s’adapter au nouveau système de l’OL… Et Blanc ne doit pas se montrer trop têtu en excluant définitivement un jeune joueur au talent certain, juste parce qu’il ne se fondrait pas dans son système de jeu. Si le cadenas est un point de vue, l’ouverture d’esprit en est la clé.

Articlés liés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page

Pour lire cet article en intégralité,
n’hésitez pas à commander le numéro concerné !