Brest – OL : lâchez les lions !

La Ligue 1 Uber Eats reprend ses droits cette semaine après la trêve liée à la Coupe du monde. Pour l’occasion, l’OL se déplace à Brest au stade Francis-Le Blé ce mercredi (21h) dans le cadre de la 16ème journée. Comme avant chaque match, Capitaine Lyon vous livre son analyse sur la rencontre.

L’enjeu :

Un mois et demi sans match officiel de notre club bien-aimé. Une éternité pour les supporters que nous sommes ! Si vous étiez en manque de football après avoir boycotté la Coupe du monde au Qatar, ou au contraire si vous étiez à fond derrière les Bleus et que vous souhaitez oublier les simagrées d’un gardien argentin loin d’être le fromage le plus affiné du plateau, réjouissez-vous : la bande à Lacazette est de retour en compétition ! Mais avec l’OL, la vie n’est jamais un long fleuve tranquille… Car si selon Laurent Blanc « la préparation s’est très bien passée », avec un « état d’esprit irréprochable », les matchs amicaux face à Louvain (5-3), Arsenal (0-3), Liverpool (3-1), Sochaux (1-1) et Monza (1-2) n’ont pas du tout rassuré les observateurs. L’intensité physique déployée pendant la préparation n’y est sûrement pas étrangère, mais il demeure un manque criant d’envie, de hargne dans le jeu lyonnais. Le coach rhodanien déplore « un manque de caractère » de la part de ses joueurs, « ce blocage en match, j’ai du mal à le comprendre » a-t-il révélé en conférence de presse lundi. Le mercato d’hiver devrait permettre de combler cette carence, mais en attendant les leaders techniques devront s’affirmer pleinement sur le terrain de Brest afin de démarrer cette deuxième partie du championnat de la meilleure des manières : prendre trois points.

Les forces en présence :

De nombreux absents sont à déplorer dans les rangs lyonnais pour ce déplacement en Bretagne, notamment dans le secteur défensif. Si Nicolas Tagliafico, tout juste sacré champion du monde avec l’Argentine, profite d’un repos bien mérité et sera de retour le 1er janvier 2023, Malo Gusto risque quant à lui d’être éloigné des terrains « pendant un petit moment » selon l’entraineur lyonnais, après sa sortie sur blessure contre Monza jeudi dernier. Henrique a subi le même sort mais avec une gravité moindre pour le Brésilien, il reste tout de même très incertain pour cette rencontre. Jérôme Boateng est toujours dans une phase de récupération et de réathlétisation, il observera donc la performance de ses coéquipiers depuis son canapé.

Le Cévenol va devoir se montrer très créatif pour composer une défense qui tienne la route s’il décide de conserver le système en 4-4-2 losange mis en place lors des derniers matchs de préparation. Sinaly Diomandé pourrait prendre place dans le couloir droit mais l’international ivoirien n’a pas du tout le profil d’avaleur d’espace indispensable dans ce dispositif si exigeant. Il sera également l’occasion de revoir Corentin Tolisso refouler une pelouse de Ligue 1 après plus de deux mois d’absence. Le milieu de terrain lyonnais a pu suivre une préparation physique complète durant la trêve et semble « revenir en forme » selon son coéquipier Maxence Caqueret.

L’adversaire du jour :

Brest occupe la 16ème place au classement de Ligue 1 avec 13 petits points (3 victoires, 4 matchs nuls et 8 défaites). L’équipe toujours entraînée par le trio Bruno Grougi, Julien Lachuer et Yvan Bourgis depuis la mise à pied de Michel Der Zakarian en octobre dernier, possède la 15ème meilleure attaque du championnat avec 16 buts inscrits et la 16ème meilleure défense avec 28 buts encaissés. Elle présente un bilan à domicile d’une seule victoire, 3 nuls et 3 défaites (5 buts marqués contre 13 encaissés). Les meilleurs buteurs du club se nomment Romain Del Castillo (4 buts), Jérémy Le Douaron (3 buts), Franck Honorat et Pierre Lees-Melou (2 réalisations chacun).

Après un début de saison catastrophique (seulement 1 victoire et 3 nuls lors des 11 premières journées, soit 6 points sur 33), les Brestois sont sortis de la zone rouge lors de la dernière journée en remportant un précieux succès (son seul à domicile) face à un adversaire direct, Troyes. Les Bretons devront sans doute batailler pour le maintien jusqu’à la toute fin de saison dans un contexte où les quatre derniers du championnat sont promis à un avenir en Ligue 2 l’an prochain.

Pour son dernier match de l’année 2022, le groupe brestois sera amputé de l’attaquant Irvin Cardona (suspendu), de l’arrière finlandais Jere Uronen (blessé) et du défenseur marocain récent demi-finaliste de Coupe du monde Achraf Dari (repos). Lees-Melou et Le Douaron sont très incertains (états grippaux).

Les 5 derniers matchs du Stade brestois 29

16.10.22 11e journée Ligue 1 Nantes – Brest 4 – 1

Dispositif en 4-2-3-1
11 tirs dont 2 cadrés
46% de possession

23.10.22 12e journée Ligue 1 Clermont – Brest 1 – 3

Dispositif en 4-2-3-1
19 tirs dont 11 cadrés
38% de possession

30.10.22 13e journée Ligue 1 Brest – Reims
0 – 0

Dispositif en 4-2-3-1
12 tirs dont 4 cadrés
51% de possession

06.11.22 14e journée Ligue 1 Nice – Brest 1 – 0

Dispositif en 4-3-3
12 tirs dont 2 cadrés
44% de possession

13.11.22 15e journée Ligue 1 Brest – Troyes 2 – 1

Dispositif en 4-3-3
15 tirs dont 5 cadrés
54% de possession

L’arbitre de la rencontre dont on attend qu’il siffle « pénalty pour Lyon ! » :

Bastien Dechepy sera l’arbitre principal de la rencontre, accompagné de Julien Haulbert et Brice Parinet Le Tellier. Dominique Julien et Abdelali Chaoui seront chargés de l’assistance vidéo.

Bastien Dechepy a déjà officié durant une rencontre de l’OL cette saison, lors de la cuisante défaite des Gones à Lorient en septembre dernier (2e journée, 1-3). L‘arbitre de 37 ans a également déjà arbitré le Stade Brestois dans leur stade fétiche à 2 reprises cette saison, contre Strasbourg (6e journée, 1-1) et face au FC Lorient (10e journée, 1-2).

Les stats pas super réjouissantes :

L’OL à Brest c’est seulement 1 victoire (en 2021) en 6 rencontres depuis 2011 (avec 4 nuls et 1 défaite). Et si le Stade brestois présente la pire attaque de Ligue 1 à domicile, les Lyonnais se montrent toujours très fébriles à l’extérieur avec 5 défaites en 7 matchs et une moyenne d’un but marqué par rencontre.

Articlés liés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page

Pour lire cet article en intégralité,
n’hésitez pas à commander le numéro concerné !