Mercato de l’OL : expérience, caractère et agressivité

L’heure est enfin arrivée. Nous entrons dans une période que de nombreux supporters lyonnais attendaient : le mercato hivernal. Depuis son arrivée mi-octobre, Laurent Blanc estime son effectif déséquilibré puisqu’il dispose à la fois d’une puissance offensive remarquable pour un club qui ne joue pas l’Europe (27 buts inscrits depuis le début de saison), mais également d’une solidité défensive rappelant pourquoi l’OL ne joue pas l’Europe (21 buts encaissés). Interrogé au sujet de ses prétendues exigences au mercato en conférence de presse, Blanc a tenu à recadrer les médias concernant cette insistance à vouloir lui inventer un conflit Bruno Cheyrou : « Je vois plein de choses : « Blanc exige ». Je n’exige rien ou alors je ne m’entends peut-être pas. Exiger, c’est vous (les journalistes) qui l’utilisez très rapidement. Je n’exige rien. Souhaiter, c’est mieux. Tout est partagé avec Bruno (Cheyrou), le club. On fait comme vous vous en doutez des réunions pour améliorer le groupe. Il y a aussi des discussions contractuellement. On souhaite améliorer le groupe, mais il n’y a rien d’original de ce côté-là. Il y a beaucoup d’équipes qui veulent faire ça, sinon ça ne sert à rien le mercato. » Alors que le mercato s’annonce très mouvementé du côté de la capitale des Gaules, Capitaine Lyon vous propose un tour d’horizon des dossiers brûlants qui attendent le président Aulas dès le 1er janvier. « Un peu d’expérience, de caractère et d’agressivité, ce sont les trois ingrédients que j’aimerais apporter à ce groupe. » précisait Blanc concernant ses attentes en conférence de presse vendredi. C’est tout ce qu’on souhaite, bonne année et allez l’OL !

La priorité est à la défense

Tous les observateurs l’ont remarqué : ni Peter Bosz ni Laurent Blanc n’ont pu disposer d’un défenseur axial droit assez solide pour épauler Castello Lukeba. Bien que Jérôme Boateng, Sinaly Diomandé ou Damien Da Silva s’y soient essayés, l’OL aimerait associer un nouveau joueur d’expérience à la jeune pépite lyonnaise (20 ans). Alors qu’une liste de trois noms avait été dressée pour ce recrutement, l’heureux élu devrait vraisemblablement être une vieille connaissance des suiveurs de l’OL. Samedi, l’Équipe a en effet indiqué que la signature de Dejan Lovren (33 ans) ne serait plus qu’une question d’heures. Le récent demi-finaliste de la Coupe du Monde devrait se libérer de son contrat avec le Zénith Saint-Pétersbourg avant de parapher un contrat jusqu’en 2025 avec Lyon. Cette solution à court terme peut éventuellement pousser les dirigeants lyonnais à réfléchir à l’arrivée d’un second défenseur central. Les pistes menant à Çaglar Söyüncü (26 ans, Leicester) et Alexander Djiku (28 ans, Strasbourg), joueurs également ciblés par la cellule de recrutement, ne devraient pas être enterrées dans l’immédiat. D’autant plus que les intérêts des grands clubs européens devraient être de plus en plus prononcés concernant Castello Lukeba.

Les pépites lyonnaises sont convoitées

Si l’OL veut absolument lui associer un nouveau joueur, est-il pour autant certain de conserver son international espoir (4 sélections) ? L’Inter de Milan, dont plusieurs défenseurs historiques (Skriniar, de Vrij) devraient quitter le club gratuitement en fin de la saison, aurait un œil plus qu’attentif sur la situation du Lyonnais selon La Repubblica. Le journal l’Équipe a également révélé il y a quelques jours que l’OL avait refusé l’été dernier une offre de 43M€ effectuée par Chelsa en toute fin de mercato pour son jeune prodige. Une résistance que l’OL ne pourra pas longtemps opposer, alors que le club ne dispose pas de la manne financière promise à chaque club européen cette année.

L’autre diamant brut lyonnais convoité par le gratin européen est évidemment Malo Gusto (19 ans). Real Madrid, Bayern Munich, Juventus de Turin… La liste des clubs prestigieux emballés par l’idée de miser sur Malo Gusto pour l’avenir ne cesse de grandir. Auteur d’une première partie de saison en dents de scie, sa situation devrait continuer à intéresser du monde puisque son contrat se termine en juin 2024. La latéral droit n’est d’ailleurs pas le seul joueur dont Jean-Michel Aulas va devoir étudier la situation contractuelle.

Le sac de nœud des joueurs en fin de contrat

Cette problématique existait l’été dernier, et elle est toujours d’actualité : Houssem Aouar, Moussa Dembélé, Jérôme Boateng et Damien Da Silva sont en fin de contrat, et susceptibles de partir gratuitement l’été prochain. Si le cas des deux derniers semblent réglés puisque l’OL serait résolu à les voir partir libres cet été voire dès cet hiver, Aouar et Dembélé conservent une valeur marchande non négligeable s’ils venaient à quitter le club dans les jours qui viennent. Mais en ont-ils réellement envie alors qu’ils ont retrouvé du temps de jeu depuis l’arrivée de Blanc ?

Si l’OL réussissait à se séparer du milieu de terrain, le club pourrait espérer récupérer environ 8M€. Cela correspond au montant que serait prêt à verser le Milan AC selon la Gazzetta dello Sport. Mais selon les informations publiées par Fichajes.net, le Betis Séville aurait convaincu Houssem Aouar de rejoindre l’Andalousie librement l’été prochain. Le milieu de terrain aurait conclu un accord verbal avec la formation espagnole et Manuel Pellegrini. Il rejoindrait alors Nabil Fékir, ancien Lyonnais dont il est proche et qui aurait beaucoup milité pour sa venue.

Concernant Moussa Dembélé, la donne diffère quelque peu. Bien qu’il n’a jamais rejeté l’éventualité d’une prolongation, il sait que son statut d’agent libre lui permettrait de retrouver la Premier League, championnat qu’il adore. Si Manchester United est venu un temps aux renseignements, la solution idéale pourrait être offerte par Aston Villa : les Villans aimeraient l’enrôler dès cet hiver. Les dirigeants lyonnais espèrent en revanche recevoir une offre supérieure aux 5M€ proposés par Galatasaray il y a quelques jours (L’Équipe).

Dernier dossier épineux à traiter par le président Aulas d’ici l’été prochain : le cas de Mateus Cardoso Lemos Martins dit « Tête ». « Ce n’est pas mon affaire. C’est actuellement entre les mains de mon agent et de la direction de l’OL. Mon seul souci est de bien m’entraîner, de jouer et faire des passes décisives. » Présent face à la presse avant le match d’hier, l’ailier brésilien a préféré botté en touche lorsqu’une question sur son avenir lui a été posée. Sa situation est d’autant plus délicate qu’il était arrivée à l’OL en mars 2022, dans le cadre du dispositif spécial mis en place pour permettre aux joueurs étrangers évoluant en Ukraine de se trouver rapidement un club. S’estimant lésé par la FIFA, le Shakhtar Donetsk a donc décidé de porter plainte auprès du Tribunal Arbitral du Sport (TAS) et réclament près de 40M€ pour les départs non compensés de Tetê et d’Ismaily (Lille). Prêté jusqu’à la fin de la saison, Tetê n’aura plus que six mois de contrat à l’issue de la saison. Sa valeur marchande devrait donc significativement chuté, et l’OL devra se méfier de la concurrence s’il souhaite poursuivre l’aventure avec l’Auriverde.

Réduire l’effectif et respirer financièrement

« On va investir au mercato. On va le faire de manière méthodique et intelligente. Avec cette opération qui se concrétise, le club sera mieux placé pour saisir les opportunités qui se présentent. » Par ces propos relayés par le journal Le Progrès, le nouvel actionnaire majoritaire de l’OL John Textor a réaffirmé sa volonté d’investir sur le mercato dès cet hiver. Toujours selon le quotidien régional, les dirigeants lyonnais disposeraient d’une enveloppe de 57M€ pour recruter cet hiver. En réduisant un effectif trop pléthorique pour un club non-européen, l’OL pourrait même faire grossir cette enveloppe et donc viser des joueurs de niveau supérieur. Outre la vingtaine de millions d’euros que peuvent rapporter les ventes d’Aouar et Dembélé, l’OL pourrait également profiter de cette fenêtre pour se séparer de joueurs de compléments comme Jeff Reine-Adelaïde ou Romain Faivre. Bien réinvesti, cet argent pourrait permettre à Lyon de renverser une saison bien mal embarquée. De l’expérience, du caractère et de l’agressivité : l’OL a un mois pour se réinventer.

Articlés liés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page

Pour lire cet article en intégralité,
n’hésitez pas à commander le numéro concerné !